Les règles d’or pour enflammer le dancefloor !

Un vrai gentleman devrait pouvoir danser. Mais ce n’est pas seulement la séquence correcte des étapes qui compte. Les règles de l’étiquette vont bien au-delà de cela. Elle commence par la demande de danse et se termine par l’adieu après la danse (ou après la soirée). Christoph Sauer a feuilleté des guides d’étiquette historiques et montre dans le Gentleman Blog comment un homme fait une belle figure sur la piste de danse. Les conseils du passé sont plus que jamais d’actualité.

Danse-non-danse a toujours été là.

“Les jeunes hommes de la génération actuelle se retirent souvent dans la pièce ou le fumoir des fêtes où l’on compte sur eux en tant que danseurs, au mépris total de leurs devoirs de danseurs. C’est un manque de tact et une impolitesse, mais aussi une présomption envers les dames qui aiment habituellement beaucoup danser”. C’est ce que dit un guide de l’étiquette datant des alentours de 1900. Le manque de volonté des maîtres de la création à danser n’est donc pas seulement un enfant de notre temps. Car c’est précisément dans de telles occasions que l’on pouvait se rapprocher les uns des autres de manière inoffensive. Et les occasions de danser étaient nombreuses : qu’il s’agisse de fêtes privées, de tea-dances ou de bals de fête.

Règles d’or pour les danseurs.

Mais comment doit-on se comporter sur le parquet ? Les guides pertinents des XIXe et XXe siècles, en particulier, offrent des informations détaillées. Cependant, il n’existe pas d’instructions concrètes pour les séquences de pas de danse – on a tacitement supposé que l’on avait déjà bénéficié d’un enseignement approprié dans l’enfance. Les auteurs se sont plutôt préoccupés de sujets tels que la demande correcte, la posture de danse correcte et la forme d’adieu appropriée après la fin de la danse.

Les premières gaffes se cachent déjà dans la demande : Supposons que le monsieur veuille se présenter à une jeune femme qui est apparue en compagnie de sa mère ; il doit alors formuler sa demande clairement. Dans le cas contraire, il peut arriver que la dame fasse par erreur une demande adressée à sa mère. Dans ce cas défavorable, cependant, il ne faut pas perdre son calme et dire quelque chose comme “je voulais dire la dame à côté de toi”, mais plutôt conduire la mère à la danse et faire plus attention la prochaine fois.

Indésirable si trop désinvolte, indésirable si trop désinvolte. Il faut donc éviter à tout prix, avec une cigarette à la bouche, la main dans la poche du pantalon et un sourire ennuyant sur les lèvres, de se diriger vers la victime et de murmurer avec un charme routinier : “Eh bien, ma dame, allons-y !”

Pratique” est également le conseil de tourner légèrement la tête vers la gauche lorsqu’on danse : “Cette position de la tête a l’avantage que la dame peut facilement surplomber une moitié de la pièce tandis que le monsieur peut facilement surplomber l’autre moitié, de sorte qu’une collision notable avec d’autres couples de danseurs est évitée ; en outre, le souffle du couple s’écoule de différents côtés. Regarder le visage de l’autre est désagréable et devrait être évité même par les fiancées.”

Que faire en cas d’accident

Mais même avec la plus grande prudence, les accidents ne peuvent être évités. Ici aussi, il existe des règles claires : Si la dame marche sur le pied du gentleman, en tant que gentleman, vous prenez naturellement le blâme. D’autre part, la dame doit garder son calme si, dans le feu de l’action, le contact étroit est trop violent : “Si un monsieur déchire votre robe, acceptez-la avec un visage souriant.”

Le pire faux-pas sur le parquet est cependant le manque de musicalité : “Il est incompréhensible qu’une personne n’ayant qu’un certain tact, par exemple une polka en deux temps quatre, puisse danser alors qu’une valse est jouée en trois temps quatre. Un tel mépris du rythme, toujours fortement marqué par la musique, trahit non seulement une incompréhension et une indifférence totales envers l’harmonie rythmique-harmonique de la musique et de la danse, mais aussi une impitoyable impitoyabilité envers la dame, qui peut avoir un très bon feeling pour la musique et le rythme, mais qui est maintenant obligée de suivre les mouvements incompréhensibles de son danseur. De plus, un tel manque de tact dans les sauts et les virages est un spectacle extrêmement peu attrayant, même pour un spectateur qui ne manque pas non plus de sensibilité à la musique et au rythme, tout comme cette pelouse sauvage qui s’étend à travers la pelouse, au lieu de rester gentiment dans la ronde prévue et d’enchanter l’œil des spectateurs avec des mouvements gracieux.”

Parler en dansant?

La question demeure : que doit-on parler en dansant ? La réponse est claire : “Quand vous dansez, fermez votre bouche ; car la dame vous est inconnue et, tout comme vous, ne veut que danser. Si elle s’intéresse davantage à vous, elle vous le fera savoir”. En tout cas, la salle de bal n’est pas un lieu de conversation particulièrement spirituel. Il y aurait également de nombreuses occasions de discuter lorsque le monsieur ramène la dame à la maison (ou du moins au train) à la fin d’une soirée de bal étincelante. Et là aussi, il ne faut pas oublier qu’un regard profond dans les yeux a souvent plus d’effet que beaucoup de mots.

Une dernière remarque sur les rares cas exceptionnels où le monsieur est libéré de ses obligations de danseur : excusable est, d’une part, le manque de mobilité dû à l’âge avancé ; ou l’on souffre de transpiration excessive : “S’il est déjà très désagréable de devoir serrer la main d’un tel homme pour le saluer, le désagrément de toucher la main en sueur peut être tellement augmenté pendant de longues périodes, même pendant la danse, que la dame ne peut tout simplement plus le supporter. Le gentleman qui a de telles mains doit également garder à l’esprit que sa main droite tient la robe de la dame dans son dos pendant des minutes et, bien sûr, tache cet endroit.”

“Danse, messieurs !”

Pour tous les autres gentlemen, ce que la femme d’un colonel a un jour crié aux officiers lors du bal de son mari en 1900 : “Dansez, dansez, messieurs’ Vous n’êtes pas ici pour le plaisir ! Nous aimerions ajouter ici : non seulement!

Lire aussi:Flirter comme les anciens Romains : Conseils du poète OvidWomanizer : Ce certain quelque chose appelé CharismaHobbies que les femmes trouvent attrayants chez les hommes

L’auteur

Contribution de Christoph Sauer, chanteur, auteur-compositeur et berlinois de prédilection avec un faible pour les années 20. Fin 2014, son “Gentleman-Calendar 2015” a été publié. Le titre de son programme scénique est “Der gute Ton. Aides à la survie de Knigge.

Le Tango

Le Tango, surnommé La Boîte à frissons, est une boîte de nuit située 13 rue au Maire dans le 3e arrondissement de Paris. CabaretEn 1725, à l’emplacement du n°13, est créé un cabaret, « Au Roi-de-Sardaigne ».

Comme forme rythmique, il désigne le plus souvent une mesure à deux ou quatre temps plutôt marqués, mais avec un vaste éventail de tempos et de styles rythmiques très différents selon les époques et les orchestres.Le tango comme genre musical englobe quant à lui trois formes musicales sur lesquelles se dansent traditionnellement les pas du tango : tangos, milongas et valses. Le bandonéon, intégré au sein des orchestres de tango, composés majoritairement d’instruments à cordes, est traditionnellement l’instrument phare du tango.

Le tango émerge de cette alchimie entre, d’un côté, les Noirs qui métissent leurs danses avec les danses européennes de salon, et de l’autre, les Blancs qui se moquent des Noirs en singeant leurs figures. Le tango dansé présente ainsi à cette époque un aspect provocant et insolent qu’il perdra au fur et à mesure de son ascension sociale. On nomme souvent ce style originel du tango dansé, tango canyengue. Ce style caractéristique, révélant les origines noires du tango, est encore revendiqué par certains danseurs aujourd’hui. Il est relativement peu pratiqué en bal, mais régulièrement lors de démonstrations .

Le comportement en milonga

PRINCIPES: Sur la question des codes, ou du comportement en milonga. Les principes de la milonga sont simples et accessibles à tout le monde, même s’il est bon de les rappeler. Ils reviennent à : « maintenir la circulation du bal dans les meilleures conditions ».Il faut surtout rappeler que danser le tango, c’est danser avec les autres danseurs dans la gestion commune de l’espace.Mais tout le monde n’a pas la même compréhension de cette nature profondément sociale du tango. (Il y aura toujours des individualités rétives à la discipline collective).Et ici la responsabilité première est celle du « dueño ». D’abord par l’accueil puis par une attention au bon déroulement de la milonga.

La ligne de danse.

L’aspect essentiel du savoir-vivre lorsque l’on danse est le respect de la ligne de danse. C’est un aspect technique et qui, par conséquent, doit absolument être enseigné dès la première année de cours.Il existe différentes lignes de danse selon la danse que l’on pratique. La plus connue est la ligne de danse définie comme “la ligne imaginaire faisant le tour de la piste de danse (souvent de la salle) dans le sens contraire de la rotation des aiguilles d’une montre”. Certains parlent aussi de “couloir”. Cette ligne de danse est utilisée dans toutes les danses progressives : valse, tango, paso-doble, foxtrot, boléro, boston, java, etc. 

Se faire inviter à danser:

1.      Saluez

     Dites bonsoir aux danseurs devant lesquels vous passez, même si vous ne les connaissez pas. Un simple geste peut suffir. Cela vous rend immédiatement approchable. Trop de gens ne le font pas par timidité alors qu’une simple salutation peut déclencher une invitation à danser.

2. Captez le regard. Tentez de capter le regard d’un danseur. Ne soyez pas insistante, il ne s’agit de pas de le fixer telle une désespérée. Regardez-le pendant le changement de partenaire mais également pendant qu’il danse. Si les regards se croisent, il pensera que vous aimez le regarder danser et en déduira que vous aimeriez donc danser avec lui.

3. Ne restez pas assise. Danseuse assise = forte probabilité de râteau. Parcourez le bord de la piste, lentement, en passant près des danseurs. Si vous restez assise, on peut penser que vous faites une pause, que vous êtes juste venue regarder ou, qu’en tout cas, vous n’avez pas envie de danser dans l’immédiat. Vous pouvez même faire le pas de base en attendant. Les danseurs inviteront en priorité les danseuses qui semblent prêtes à se lancer.

4. Restez dans l’espace de danse. Restez au bord de la piste de danse. Ne traînez pas trop longtemps au bar ou dans n’importe quel coin éloigné. Vous n’y trouverez là-bas que des hommes qui ne sont pas en train de chercher une partenaire.

5. Repérez le bon endroit. Après une danse, les danseurs se dirigent vers certaines zones. Allez dans les coins où vont les danseurs. Cela peut être entre le bar et la piste, près de l’entrée ou ailleurs, tout dépend du lieu. Essayez de vous mêler aux habitués.

6. Montrez-vous disponible. Rangez votre smartphone : consulter Facebook en attendant d’être invitée va au contraire vous empêcher de l’être. Ne gardez pas non plus un verre à la main. Ne croisez pas les bras. Ne discutez pas continuellement avec quelqu’un. Tout cela peut donner l’impression qu’on risque de vous déranger et donc de subir un refus. Et bien sûr, gardez le sourire.

7. Ayez une tenue adaptée. Portez une tenue séduisante, mais pratique pour la danse. Ne portez pas trop de bijoux (bracelet, collier, montre…) car les danseurs savent qu’ils peuvent se blesser, un doigt pouvant s’accrocher quelque part. Les trop longues jupes ou robes peuvent également gêner les mouvements, par exemple en bachata. Ayez des chaussures qui vous donnent un look de danseuse. Ne gardez pas de gilet ou de seconde épaisseur de vêtement. Il faut que vous donniez l’impression d’être là pour danser et non par curiosité.

8. Dites-leur. Le meilleur moyen de danser avec un homme est encore de lui dire que vous voulez danser avec lui. En général, peu de femmes ont ce courage. Mais les hommes aiment être invités, le temps où cela était mal vu est révolu. Vous risquez au pire un « Peut-être plus tard ». Des danseurs ne vous invitent pas parce qu’ils sont timides ou imaginent que vous ne voulez pas danser avec eux, les inviter une première fois est donc la solution. Ensuite, ils vont inviteront à leur tour.

9. Ne refusez jamais. Ou faites-le discrètement. En effet, voir une danseuse refuser une danse la rend beaucoup plus inaccessible. Elle semble difficile, et les danseurs ayant le moins de confiance en eux ne se risqueront pas à l’inviter, tant la récidive d’un râteau leur semble probable.

10. Entretenez votre réseau. Gardez contact avec les danseurs afin qu’ils vont informent de leurs prochaines soirées. Essayez de rejoindre le groupe des habitués, ce qui vous permettra d’être présentée à de nouvelles personnes. Les danseurs invitent beaucoup plus les danseuses qu’ils connaissent, alors faites-vous connaître en sortant régulièrement aux mêmes endroits.