Comment interpréter les douleurs dans les jambes ?

Si les jambes vous font mal en marchant comme dans le cas de la maladie des vitrines cela peut être un signal d’alarme pour une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral. Elle commence par une douleur à la marche, souvent au niveau des mollets : Dans la maladie artérielle occlusive périphérique ou MAP, les artères du bassin et des jambes sont rétrécies. En conséquence, le sang n’arrive pas en quantité suffisante aux jambes et la douleur est due au fait que les cellules musculaires des mollets ne reçoivent pas assez d’oxygène et de nutriments. Comme les patients sont souvent obligés de rester immobiles à cause de la douleur.

Les douleurs dans les jambes

En Allemagne, quatre à cinq millions de personnes souffrent du traître trouble circulatoire des vaisseaux sanguins. Le PAVK est associé à un risque élevé de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, avertit le spécialiste en cardiologie. Toute personne qui remarque les premiers signes de l’habillage de la fenêtre doit donc consulter un médecin dès que possible. Il en va de même pour les douleurs dans la région des orteils en position couchée, surtout lorsque le fait de se lever apporte un soulagement. Si le PAVK n’est pas détecté, les constrictions vasculaires dans d’autres parties du corps telles que la carotide, le cerveau, les reins et le cœur peuvent également rester sans traitement. Les conséquences sont, par exemple, des infarctus si l’artériosclérose a beaucoup progressé. Un simple examen permet de déterminer rapidement l’état des navires. Si le PAVK n’est pas détecté, le flux sanguin dans les artères des jambes et du bassin continue de se détériorer et les symptômes augmentent. Les médecins divisent la DAP en quatre étapes en fonction de sa gravité : au stade I, les artères sont rétrécies, mais ne provoquent pas encore de symptômes. Au stade II, les patients ressentent la douleur décrite ci-dessus lorsqu’ils marchent. Au stade III, la douleur n’apparaît pas seulement sous l’effet du stress, mais déjà au repos. Au stade IV, les conséquences sont graves. Si le flux sanguin diminue encore et que le tissu sous-approvisionné meurt, un ulcère ouvert, appelé gangrène, se développe. Cependant, si la maladie vasculaire est détectée à temps et traitée en conséquence, une telle évolution dramatique peut souvent être évitée.

Comment diagnostiquer le PAVK ?

Le PAVK peut être diagnostiqué par un simple test : le médecin sent le pouls dans l’aine et sur le pied et mesure la pression sanguine des artères de la cheville et des orteils. Si le pouls est affaibli ou même complètement absent, ou si la pression est réduite, le diagnostic PAD est confirmé. L’étendue de la maladie vasculaire peut alors être déterminée par échographie. En règle générale, les médecins recommandent un changement de mode de vie pour la thérapie : les patients devraient, entre autres, arrêter de fumer, avoir une alimentation saine et faire régulièrement de l’exercice. 30 à 40 minutes par jour sont idéales. Dans les cas graves, il est cependant nécessaire de rétablir le flux sanguin par une intervention mineure. Un flux sanguin normal peut être rétabli grâce à différentes techniques de cathéters. Le cathéter, un petit tube, est avancé à travers les vaisseaux sanguins jusqu’à la constriction et le vaisseau est dilaté de l’intérieur. Dans certains cas, un stent est inséré. Les procédures ne sont généralement pas très douloureuses et présentent peu de complications. Les patients cardiaques doivent être particulièrement attentifs aux premiers signes de l’apparition de vitrines. En effet, la PAOD a la même cause que les maladies coronariennes : des dépôts se forment dans les vaisseaux sanguins qui, au fil des ans, rétrécissent les vaisseaux, les artères se calcifient. Il est vrai que ces dépôts se forment dans chaque personne au cours de la vie. Outre les facteurs génétiques, l’étendue des dépôts est déterminée par le mode de vie et diverses conditions préexistantes. Le tabagisme, l’hypertension artérielle, le diabète sucré et les troubles du métabolisme des lipides augmentent le risque d’artériosclérose. Comme les vaisseaux coronaires ou les artères du cerveau peuvent également se rétrécir, les personnes atteintes d’artériosclérose ont un risque considérablement accru de crise cardiaque. Les patients souffrant d’une MAP devraient toujours faire attention à l’existence de signes de maladie coronarienne ou d’insuffisance cardiaque. Inversement, les patients atteints de telles maladies cardiaques doivent être examinés pour détecter la présence d’une MAP.

Causes

  • La douleur peut être d’origine musculaire, typiquement après un effort intense ou répété. Après un effort intense, l’apparition de courbatures est un phénomène naturel. Le muscle a subi des micro-traumatismes, il se reconstitue et se renforce alors pour prévenir les prochaines lésions”. Il peut aussi s’agir d’une déchirure musculaire, d’une contracture ou encore d’une élongation. Lorsque l’on s’impose des contraintes qui sont supérieures à la capacité de résistance des fibres musculaires, c’est là qu’on risque l’élongation ou le claquage, poursuit notre spécialiste. Typiquement, en cas de fatigue, on dépasse ses capacités. Cela entraîne des blessures qui sont dues à une sur-utilisation ou à un effort brut de freinage, la fin du mouvement de service au tennis ou lors d’une course en descente, qui va casser les fibres musculaires”
  • Beaucoup plus rare, sauf chez les sportifs de haut niveau, le syndrome des loges est une autre cause possible : les loges sont des enveloppes en fibres de collagène, qui délimitent les groupes musculaires, précise notre spécialiste. Le syndrome de loges peut survenir suite à des contraintes répétées sur un tissu, ce qui entraîne un gonflement ou un saignement dans la zone et donc, une augmentation de la pression, source de douleur.
  • Une fracture osseuse cause bien évidemment de vives douleurs, de même qu’une inflammation du périoste, le tissu conjonctif qui enveloppe les os.
  • Les douleurs peuvent également être dues à des anomalies du système vasculaire. Une insuffisance veineuse ou la présence de varices provoquent ainsi une sensation de lourdeur dans les jambes. Bien qu’elle puisse demeurer longtemps silencieuse, l’artérite des jambes peut aussi expliquer les douleurs : cette maladie correspond au rétrécissement du diamètre d’une artère, qui diminue l’apport de sang et donc d’oxygène aux muscles ; elle se manifeste par une douleur dans certains muscles de la jambe lors de la marche, telle une crampe musculaire. Des pathologies telles qu’une phlébite ou une thrombose artérielle nécessitent, quant à elles, une prise en charge médicale sans délai.
  • Le système nerveux peut lui aussi être la source de douleurs : sciatique et cruralgie peuvent provoquer des douleurs qui s’étendent de la zone lombaire jusqu’aux jambes.
  • Le syndrome des jambes sans repos, caractérisé par un besoin irrésistible de bouger les membres inférieurs, entraîne des sensations diverses au niveau des jambes désignées par impatiences, très désagréables mais rarement perçues comme douloureuses.

Traitements

Les lésions musculaires nécessitent généralement de reposer le membre concerné jusqu’à disparition des douleurs. Les insuffisances veineuses, de même que l’artérite des jambes, sont soulagées grâce à un traitement médicamenteux adapté. En outre, le port quotidien de bas de contention est la plupart du temps recommandé aux personnes souffrant d’insuffisance veineuse. Les personnes qui souffrent de jambes lourdes doivent pratiquer une activité physique d’endurance, car cela favorise le retour veineux et réduit ainsi cette sensation. En cas de phlébite confirmée, des médicaments anticoagulants sont injectés en urgence pour dissoudre le caillot sanguin Sciatique et cruralgie sont généralement traitées par voie médicamenteuse, antalgiques et anti-inflammatoires, ou infiltrations de corticoïdes et par des séances de kinésithérapie. La chirurgie est envisagée en dernier recours, en cas de douleur persistante. Une meilleure hygiène de vie suffit généralement à traiter le syndrome des jambes sans repos dans sa forme légère. Pour les cas plus sérieux, un traitement médicamenteux, destiné à pallier le manque de dopamine favorisant l’apparition du syndrome, est souvent prescrit.

Prévention

Le renforcement musculaire statique est un excellent moyen de se préserver des blessures de type contractures et élongations. Des exercices simples, tels que la chaise, le levé de jambes sur la pointe des pieds, avec des contraintes, permet de consolider muscles et tendons pour les activités physiques ultérieures. Il est conseillé de s’adresser à un masseur-kinésithérapeute pour orienter les exercices, que l’on pourra pratiquer chez soi par la suite. Par ailleurs, gare aux excès prématurés. En début d’année, période de bonnes résolutions, chacun a tendance à reprendre une activité sportive à un niveau trop élevé, avertit notre expert. Mieux vaut entamer une activité doucement, puis augmenter peu à peu la durée et la difficulté. Cela laisse le temps à l’organisme de fabriquer des cellules plus solides.