La liposuccion, une intervetion à risques

La liposuccion est la deuxième chirurgie plastique la plus pratiquée au Brésil, derrière l’implant mammaire en silicone. En moyenne, les coûts de l’opération varient entre 1 800 et 4 500 R$, selon la région. La danseuse Pâmela Baris a exposé un corps sculptural aux mesures très bien réparties dans sa taille de 1,70. Ils mesuraient 93 cm de buste, 67 cm de taille et 102 cm de hanche. Les proportions convoitées par toute femme, mais pour elle, elles formaient encore un ensemble imparfait. On vous dit tout sur la liposuccion.

Perdre du poids avec la liposuccion

Cette jeune Catarinaise de 27 ans a cherché à améliorer encore ses courbes grâce à la liposuccion, une chirurgie plastique capable d’éliminer la graisse localisée. C’est la troisième fois que l’étudiant en biomédecine et ancien assistant de scène dans des émissions de télévision subit une lipo. Mais cette fois, au cours de l’opération, son foie a été perforé. Elle a perdu beaucoup de sang, a subi un arrêt cardiorespiratoire et a fini par mourir sur la table d’opération.

Il n’est pas rare de mourir d’une liposuccion. On entend beaucoup d’histoires d’arrêts cardiaques ou de réactions indésirables aux anesthésiques. Cependant, pour le Dr Felipe Coutinho, directeur de la région de São Paulo de la SBPC (Société brésilienne de chirurgie plastique), le problème qui s’est produit avec le modèle, classé comme perforation des viscères, n’est pas un risque prédéfini de l’opération, comme ceux mentionnés précédemment, mais un accident. “Il est très difficile que cela se produise, c’est une exception. En général, la tendance est de rejeter la faute sur le professionnel, alors que le droit et l’équité consistent à enquêter sur ce qui s’est passé. Au départ, personne ne le sait. Le patient pourrait avoir une hernie ou une faiblesse abdominale, ce qui faciliterait l’entrée plus profonde de la canule et pourrait conduire à certains viscères”.

Le nombre de décès dans les liposuccions est faible. Selon les données de la FDA (Food and Drugs Administration), 3 décès sont attendus pour 100 000 opérations de liposuccion. Le Dr Dênis Calazans, secrétaire général de la SBPC, explique que la liposuccion ne présente pas d’indices de risque scientifiques et statistiques différentes des autres opérations chirurgicales. Il met néanmoins en garde contre les complications que l’opération peut entraîner. “On peut citer l’embolie graisseuse (occlusion de petits vaisseaux par des gouttelettes de graisse), le sérome (excès de liquide qui est retenu près de la cicatrice chirurgicale, provoquant une inflammation), les hématomes, les irrégularités du relief de la peau, l’infection, entre autres.

L’âge éligible à la liposuccion

Bien que les raisons de l’accident de Pâmela ne soient pas encore connues, la mort de la danseuse nous met en garde contre quelque chose d’important : il faut faire très attention au choix de la clinique et du professionnel qui pratiquera l’opération. “Il est nécessaire, dans un premier temps, de savoir si le médecin est un chirurgien plasticien, avec six ans d’études de médecine, plus deux ans de résidence en chirurgie générale et trois ans de résidence en chirurgie plastique, avec le titre de spécialiste inscrit au CABG (Conseil régional de médecine) et membre du SBCP. Il est recommandé d’obtenir des références du médecin et du local au moyen d’informations provenant d’autres patients qui ont déjà été opérés par lui. 

La liposuccion est la deuxième chirurgie plastique la plus pratiquée au Brésil, derrière l’implant mammaire en silicone. En moyenne, les coûts de l’opération vont de R$ 1 800 à R$ 4 500, selon la région où l’intervention est pratiquée. Ce n’est pas une opération bon marché, mais sur les 700 000 chirurgies plastiques esthétiques pratiquées chaque année dans le pays, 140 000 sont des liposuccions. Ce nombre élevé est dû, en partie, au grand nombre de cliniques d’esthétique qui pratiquent l’opération à des prix très bas et avec des remboursements attractifs.

Pour les Calazans, ces cliniques sont de “véritables arapuces auxquelles le patient, sans méfiance et sans savoir, se rend, croyant ainsi se soumettre à un service efficace et sûr. En général, ces entreprises privilégient le profit et non le travail médical. Ce sont des cliniques qui se présentent sur Internet avec une publicité ostentatoire, qui recrutent des médecins avec peu ou pas de préparation ou de compétences, où souvent le patient est assisté par un professionnel et opéré par un autre qui n’a jamais vu. Les plaintes et les poursuites face à ce type de cliniques se multiplient au sein des conseils médicaux régionaux”.

Avant, pendant et après l’opération

La lipo est une technique qui consiste à enlever l’excès de graisse localisée en aspirant avec une fine canule introduite dans la couche de graisse sous-cutanée. Cette canule est reliée à un appareil qui aspire de manière contrôlée le tissu adipeux.

Avant de commencer l’aspiration, la région à opérer doit être infiltrée avec une solution saline et des substances vasoactives qui ont pour but de favoriser la vasoconstriction (processus de contraction des vaisseaux sanguins) dans le site, afin de réduire la perte de sang et de favoriser l’élimination plus facile des graisses.

Il n’y a pas de moment précis ou déterminé pour que la procédure ait lieu. “La durée varie en fonction des zones à traiter, de la capacité de l’équipe médicale, du degré de difficulté technique de chaque patient. Néanmoins, il est scientifiquement connu que l’apparition de complications chirurgicales suit une proportionnalité du temps : les procédures chirurgicales très longues tendent à une augmentation exponentielle des risques”, explique M. Calazans.

Comme pour toute opération chirurgicale, une préparation est également nécessaire avant l’intervention. Le patient doit prendre un rendez-vous pour un diagnostic et effectuer certains examens préopératoires, tels que la NFS, la coagulographie et l’évaluation cardiologique. Certaines maladies ou situations peuvent empêcher l’intervention, comme une simple grippe, des allergies, de l’hypertension et certains problèmes cardiaques. En outre, les personnes en surpoids et ayant un excès de graisse ne doivent pas être soumises au processus, ainsi que les patients de plus de 60 ans, car l’âge avancé entraîne une perte d’élasticité de la peau (collagène et élastine), ce qui facilite l’entrée de la canule et peut entraîner la perforation d’un viscère, sans compter que l’élimination de la graisse (qui maintient la peau un peu plus tendue) laissera le corps plus flasque.

Les limites de la liposuccion

Pour ceux qui sont pressés et qui s’attendent à quitter la salle d’opération avec une silhouette maigre, la mauvaise nouvelle est qu’aucune procédure de chirurgie esthétique, y compris la liposuccion, ne donne de résultats immédiats. Après la liposuccion, la région opérée a tendance à gonfler. Pour voir le résultat, il faut attendre que la région se remette sur pied. En général, ce n’est qu’après le deuxième ou le troisième mois de postopératoire qu’il est possible d’observer une réduction sensible de l’œdème (gonflement) et, par conséquent, d’avoir une idée du résultat. Cependant, le résultat définitif n’est évident que six mois après l’opération.

Le recouvrement n’est pas plus ou moins complexe qu’une autre procédure. En fait, c’est la même chose. Comme l’opération nécessite des incisions minimales d’un centimètre pour insérer la canule, les points de suture sont petits, ce qui facilite la récupération. Des traitements physiothérapeutiques complémentaires sont recommandés dans la période postopératoire, comme le drainage lymphatique, afin de minimiser les effets de l’œdème et de favoriser la guérison de la région opérée. De plus, les spécialistes suggèrent l’utilisation de ceintures de modelage pendant au moins un mois pour aider à raffermir la peau.

Conditions pour subir une liposuccion

Bien qu’elle soit devenue à la mode chez ceux qui réclament un corps plus mince, Calazans et Coutinho réaffirment que la liposuccion n’est pas une méthode de perte de poids. “Il doit être utilisé pour traiter les zones de dépôt de graisse qui sont résistantes aux traitements antérieurs de réduction de poids et d’activité physique. En général, il s’agit de zones où le dépôt est effectué par des facteurs génétiques. L’indication suit également le souhait du patient et l’évaluation détaillée et approfondie d’un chirurgien plastique”, explique M. Calazans. Sans compter que la quantité maximale de graisse qui peut être retirée lors de l’opération est de 7 fois le poids du corps, pas plus que cela.

Sachant que l’opération ne doit être pratiquée qu’après 18 ans, la liposuccion n’est pas recommandée pour les adolescents, pour un certain nombre de raisons. L’un d’eux est le fait que le jeune métabolisme favorise la réduction des graisses dans certaines zones du corps par la discipline alimentaire et l’activité physique. “Ce que nous constatons avec beaucoup d’inquiétude, c’est que la demande de liposuccion résulte presque d’un engouement pour la “forme physique idéale”, qui doit être atteinte rapidement. C’est toujours contre-indiqué, car la liposuccion est un traitement médical et doit donc être considérée comme une alternative radicale”, explique M. Calazans.

Liposuccion X Liposculpture

On entend également beaucoup parler de la liposculpture. Pour les femmes les plus attentives aux nouveautés du marché de l’esthétique, elle est considérée comme une façon de sculpter le corps humain. Mais pour Calazans, cette technique s’apparente plutôt à une augmentation du marketing. “Les noms et définitions ont été créés dans le but de minimiser les risques inhérents à un traitement spécifique, à savoir la liposuccion. Cela crée une fausse illusion chez le profane”. Pour le chirurgien, la “liposculpture” n’est rien d’autre que la liposculpture, une technique qui consiste à retirer de la graisse d’une certaine zone du corps et à l’injecter dans une autre partie du corps, afin de lui donner du volume.